DaFanti | Jean Claude Fantinati

Né en 1946, Jean Claude Fantinati dit Da Fanti, aborde la peinture dés l’age de 10 ans. Ses premiers tableaux sur châssis remontent a cet époque. Grâce à sa mère vénitienne, il découvre les plus grands peintres italiens qui lui apporteront les premiers frissons d’une passion qui ne le quittera plus. Tous les ans, les vacances familiales en Italie étaient d’abord consacrées à la visite de musées, expositions ou monuments historiques.
Durant de trop nombreuses années, ses obligations professionnelles ne lui permirent pas de laisser exploser cette envie folle de créer, mais lui donnèrent l’occasion de visiter la majorité des plus grands musées européens.
Pendant ce temps, les quelques tableaux et dessins qu’il fit, vinrent le rassurer : sa foi était toujours intacte.
En 2000 Jean Claude Fantinati installe son atelier à Nîmes. Il fréquente durant 5 années l’école supérieure des Beaux Arts de Nîmes. Il s’inscrit à la maison des artistes et devient professionnel en 2007.
Il participe à de nombreuses expositions collectives où il est plusieurs fois primé, mais aussi personnelles où il connait un franc succès.

Depuis 2007, il se partage entre deux ateliers. L’un à Nîmes (466 bis chemin de blazin) et l’autre a Collioure (28 rue de l’égalité).
Il trace sa voie sur les chemins de l’abstraction, une abstraction constructive et réfléchie en symbiose avec la matière, la couleur et le mouvement.

Il utilise des pigments naturels, des terres, des sables de différents horizons et des matériaux de récupération; essentiellement des composites ou des plastiques issus de l’industrie automobile. Le nom de ses toiles porte les numéros des plaques minéralogique des voitures sur lesquelles il a prélevé ses matières premières.

L’élaboration de ses toiles s’apparente à celle d’une sculpture pour l’agencement des formes et des volume. La symbiose et l’harmonie de ses oeuvres résultent d’une technique approfondie.

L’élaboration d’un dessin préalable est efféctuée à partir des éléments qu’il va introduire dans la construction de ses toiles. On parle alors d’un abstraction qu’il ne laisse pas de place au hasard. Il doit penser ses tableaux finis à 80 % avant même de les avoir commencés. Sa technique ne supporte aucun repentir
L’équilibre de sa partition est une véritable obsession, mais au bout de l’œuvre, peut être, trouverons nous un certain bonheur …

Exposition à venir

Exposition Tokyo (Japon) Avril 2016
Affiche expo Tokyo

Les dernières réalisations